Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2011

Des airs de Mars en Andalousie

 Rio Tinto, Spain, NASA

Le fleuve Rio Tinto. (c) Carol Stoker, Ames Research Center, NASA.

 

Rio Tinto coule de la Sierra Morena jusqu'à l'Atlantique. Ce « Fleuve Rouge » tient son nom de la couleur de ses eaux héritée des gisements sulfurés polymétalliques, où prédomine le fer, présents dans son bassin versant. Dans cette province de Huelva sont exploitées de gigantesques mines à ciel ouvert. Matière première pour l'industrie mais aux conséquences nuisibles pour l'environnement.

 

Cette image environnementale négative de la province de Huelva est partiellement compensée par des points positifs comme des zones écologiques protégées, des terroirs renommés et même la production d'oranges bio. Mais, de façon surprenante, cette pollution minière a suscité un grand intérêt pour la NASA qui y mène des recherches en astrobiologie...


Rio Tinto, Niebla, Spain, Idelfonso Grados

Eau du Rio Tinto à son passage à Niebla, (c) ldefonso Grados.

 

Des tons rouille, jaune, orangé, rouge, marron... Le minerais de fer colore d'une façon surprenante l'eau du fleuve. Il fut déposé dans le fond de l'ancienne mer lors de la période carbonifère (-360 à -300 millions d'années).

 

Ces eaux rouges du fleuve se distinguent par un fort taux d'acidité (pH égal à 2) et une importante teneur en métaux lourds. Cuivre, argent, or et autres métaux ont, depuis des temps très anciens, été extraits de sites localisés le long du fleuve Rio Tinto : mine de Peña del Hierro à Nerva, du Cerro Colorado et à Corte Atalaya, le plus grand gisement à ciel ouvert d'Europe.

 

minas de Rio Tinto, Corte Atalaya, Spain, François Le Moing

Mine du Cerro Colorado, Rio Tinto.

Depuis environ 3000 av. JC, Ibériens et Tartessiens ont collecté les précieux métaux, puis ce fut le tour des Phéniciens, Grecs, Romains, Wisigoths et Maures. Après plusieurs siècles d'abandon des mines, le royaume espagnol en repris l'exploitation.

minas de Rio Tinto, Corte Atalaya, Spain, François Le Moing

Minerais extrait de l'exploitation du Cerro Colorado, Rio Tinto.


Les eaux de pluie qui ruissellent sur les déchets miniers oxydent les minéraux soufrés résiduaires et se transforment en acide sulfurique avant de s’écouler dans le fleuve dont le taux d’acidité est ainsi fortement augmenté. Ces eaux entraînent également tout un cortège de métaux dissous. Cette pollution a un impact très important sur l’environnement.

En plus de la forte teneur en métaux lourds et en acidité, les eaux du Rio Tinto contiennent peu d'oxygène. L'ensemble de ces éléments est un obstacle à la vie aquatique ordinaire. Cependant, on y a découvert des micro-organismes adaptés à ces conditions extrêmes et se nourrissant des minéraux. L'existence de bactéries dans ce biotope favorise le drainage minier acide. Ayant besoin des métaux pour se développer, elles agissent en catalysant l’oxydation.

Ce milieu inhospitalier pour la faune, la flore ordinaires et l'être humain intéresse les spécialistes de l'espace considérant qu'il comporte des similitudes avec celui de la planète Mars.

 

Rio Tinto river, Ricardo Amils Pinerbat, Centro de Astrobiologia, Madrid, Spain

Ricardo Amils Pibernat du Centre d'Astrobiologie de Madrid, prend le PH dans une eau verte. (c) Carol Stoker, Ames Research Center, NASA.

 

Dès juin 2000, la mission spatiale Mars Global Surveyor a donné des indices d'une ancienne présence d'eau à la surface de la planète rouge. Elle localisa alors des ravines témoins d'un probable écoulement liquide sur le versant de cratères. En 2002, la sonde Mars Odyssey détecta de grandes quantités d'hydrogène en surface, signe probable de la présence de glace, confirmée par observation aérienne en juin 2008. Le 31 juillet 2008, la sonde Phoenix (atterrisseur) a enfin donné la preuve de la présence d'eau sur la planète. En effet, de la glace proche du sol a alors été trouvée dans un échantillon prélevé au pôle nord de Mars.

 

A présent, le programme d'exploration de Mars de la NASA a pour but la détection d'éventuelles molécules organiques (méthane notamment) dans le sol de cette planète ou de toute trace d'activité biologique actuelle ou ancienne (Mars Exploration Program). Il met à contribution des sondes spatiales actuelles et futures.



Rio Tinto river, Spain, NASA

Equipe de chercheurs, se préparant à descendre le  'Triton' dans un trou depuis un tunner de la région de Rio Tinto (c) Carol Stoker, Ames Research Center, NASA.

 

De nouvelles technologies doivent être mises au point pour tenter de parvenir à cet objectif ambitieux : forage, extraction, traitement d'échantillon d'eau. Puis pour trouver et identifier les compositions des biomarqueurs en cherchant des organismes vivants.

Riot Tinto, Spain, NASA

Forage pour obtenir un échantillon du coeur de la roche, région de Rio Tinto. (c) Carol Stoker, Ames Research Center, NASA.


Le Projet MARTE mené par la NASA à Rio Tinto prépare les prochaines missions spatiales. Les techniques testées près de Huelva, visent à accréditer l'hypothèse de la présence sur la surface de Mars d'une biosphère sans oxygène contenant des bactéries chimiotrophes, c'est à dire tirant leur énergie de l'oxydation de composés chimiques (par opposition aux bactéries phototrophes qui utilisent l'énergie lumineuse).

 

Rio Tinto river, Spain, NASA

Echantillons scellés de minerais provenant du coeur de la roche, région de Rio Tinto. (c) Carol Stoker, Ames Research Center, NASA.

 

 

Paradoxalement, c'est dans ce décor quasi-martien du cratère de Corte Atalya, vestige de l'industrie minière, souvent si désastreuse pour notre environnement que les scientifiques placent l'espoir de trouver des traces de vie extraterrestre. Mais nous ne connaissons pour l'instant qu'une planète vivable. Apprécions donc les autres atouts touristiques culturels et écologiques de la province de Huelva.

 

François Le Moing



En savoir plus :


Projet MARTE de la NASA   

Institut d'Astrobiologie de la NASA

 

09:36 Écrit par Planetimago | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.