Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2013

Baie de Somme : lumineuse et mouvante

Au bout de ses 250 km d'un parcours tranquille, la Somme s'ouvre sur une large baie de 7000 hectares aux paysages contrastés et constamment renouvelés au gré du balancement des marées.

Baie, Somme, Le Crotoy

 

Vue du Crotoy, en Baie de Somme

La beauté de ses paysages lui vaut d'être rangée parmi les « trente plus belles baies du monde », comme celles du Mont-Saint-Michel ou de la baie d'Hạ Long (ou Along). Elle a été classée « Grand site de France » le 15 juin 2011. C'est l'une des plus grandes zones humides du pays, déclarée dans le réseau Natura 2000 et inscrite à la convention de Ramsar protégeant les habitats des oiseaux d'eau.


Les marées, de forte amplitude, pénètrent jusqu'à quinze kilomètres dans les terres. A marée basse, la mer se retire très vite par un entrelacs de chenaux découvrant petit à petit une vaste mosaïque de sable, de vasières et ou de marais couverte d'une végétation adaptée aux sols salés (halophile) que pâturent des moutons de prés salés. Mais attention à ne pas se laisser surprendre par le jusant*, tout aussi rapide et qui peut encercler le promeneur imprudent.

 

Baie_de_Somme_19.jpg

Bancs de sables colonisés par
la végétation halophile

Baie_de_Somme_23.jpg

  Marée basse : du sable à perte de vue

 

 

Mais dans cette étreinte de la mer et de la terre, cette dernière semble bien devoir prendre le dessus. Les marées et les courants côtiers apportent des quantités de sable et de vase que les écoulements de la Somme et de la Maye, qui se partagent l'estuaire, ne parviennent pas à évacuer. La baie est donc vouée à un inexorable ensablement, malgré les effets de « chasse d'eau » créés par les bassins de retenue des marées dont les écluses s'ouvrent à marée basse.

P7098631.JPG

Au Crotoy, les écluses sont ouvertes
pendant le jusant, pour chasser le sable

Au sud de la baie, les spectaculaires falaises de craie sont le décor de ports pittoresques et stations balnéaires comme ceux du Tréport et de Mers-les-Bains. Les hauts de plages en galets sont parcourus de chemins de planches le long desquels s'alignent des cabines de bain.

 

P7108677.JPG

Les falaises à Mers-les-Bains

Baie_de_Somme_07.jpg

Décor en céramique au fronton d'une maison

 

Baie_de_Somme_08.jpg

Maisons Art Nouveau à Mers-les-Bains

 

Baie_de_Somme_06.jpg

Décor céramique Art Nouveau

A Mers-les-Bains, les magnifiques demeures de style « Art nouveau » en arrière du front de mer témoignent de la vocation touristique ancienne de cette ville, qui devint un station balnéaire à la mode avec l'arrivée du chemin de fer en 1872. Des arabesques et des frises en céramique décorent les frontons de maisons à architecture parfois « zoo-forme ».

Au Bois de Cise, du haut des falaises, on découvre la ville d'Ault qui marque le début de la Baie de Somme. Une « falaise morte », s'abaisse dans les terres. Celle-ci a été isolée progressivement de la mer. A son pied s'étalent les « Bas Champs » une étendue de champs et de marais, un polder, bordé par un vigoureux cordon de galets qui court jusqu'à la pointe du Hourdel. Ces galets de silex, issus de la destructions des falaises de calcaire dans lesquels ils forment des lits réguliers, ont été accumulés là par les courants côtiers remontant du sud de la Manche. Leur richesse en silice en fait un matériau de première qualité.

 

Baie_de_Somme_10.jpg

Vue d'Ault à partir du Bois de Cise

 Baie_de_Somme_15.jpg

Cordon de galets entre Ault et Cayeux

 

vlcsnap-2013-11-17-18h27m01s156.png

Choux de mer

 

vlcsnap-2013-11-17-18h28m45s157.png

Abri de chasse, Ault (Les bas Champs)

 

La baie de Somme marque la limite de ce transit de galets ; sa côte nord étant constituée de dunes de sables : le « Marquenterre ». De Cayeux, dont le nom évoque cette ressource minérale, on peut se rendre facilement à vélo au Hourdel par une route cyclable. C'est un point d'observation de la colonie de phoques gris qui y vit. A marée haute, on en observera souvent que la tête : ils se tiennent verticalement dans l'eau, faisant la « bouteille ». Dès que les bancs de sable se découvrent, ils s'allongent, tête et queue relevées dans une position évoquant la « banane ».

 

 

Baie_de_Somme_18.jpg

 

Baie_de_Somme_17.jpg

 Les cabines de plages à Cayeux  Un phoque se repose sur un banc
de sable, prés du Hourdel

 

Deux villes se font face dans la baie. Au Sud, Saint-Valéry-sur-Somme, cité historique et port de plaisance, au nord Le Crotoy, port de pêche et station balnéaire.

A marée basse, on peut se rendre à pied d'une ville à l'autre, avec un guide (ce qui est plus prudent), pour découvrir les écosystèmes des vasières de l'estran, partie située entre les limites des plus basses et des plus hautes mers. Les vasières de l'estran se subdivisent en deux espaces : la slikke, sa partie inférieure, inondée à chaque marée haute, et le schorre sa partie supérieure. Elles sont colonisées par des plantes halophiles comme la salicorne, les « oreilles de cochons » ou les « pompons ». La salicorne, emblème de la baie, est ramassée et se consomme cuite ou préparée au vinaigre. Toutes ces plantes contribuent aussi à fixer le sable et la vase de la baie. La spartine, une plante invasive, s'est également considérablement développée dans la baie. Son système racinaire et sa morphologie la rende encore bien plus efficace pour la fixation du sable que les plantes locales. En creusant quelque peu le sol, on découvre l'incroyable densité de vie de ces vasières : vers, mollusques y filtrent le sédiment et l'eau avant de devenir le repas d'un crabe, d'un poisson ou d'un oiseau. 

 

Baie_de_Somme_13.jpg

Densité de la vie dans la vase

Baie_de_Somme_12b.jpg

La salicorne

Baie_de_Somme_24.jpg

Un néreis, ver de vase

Baie_de_Somme_26.jpg

Une cabane de chasse en réparation

vlcsnap-2013-11-17-17h29m33s221.png

La spartine piège le sable

vlcsnap-2013-11-17-17h30m23s207.png

Touffes de spartine.

De place en place, sur le schorre, des mares ont été creusées et des cabanes de chasse aménagées pour la chasse au canard. Conçues comme des boites métalliques étanches, elles ont la particularité de pouvoir flotter lors des marées. Cette chasse, comme la récolte des salicornes ou la pêche à pied, est strictement réglementée.

Le touriste crotté qui a traversé la baie à pied depuis le Crotoy et joyeusement pataugé dans la vase, peut retourner à son point de départ en utilisant le train touristique à vapeur de la Somme qui s'arrête à Saint-Valéry. A moins qu'il ne flâne dans la ville et dans sa forteresse dont les deux tours sont dédiées à Jeanne d'Arc qui, livrée aux Anglais dans la forteresse du Crotoy, passa par la ville en décembre 1430 pour se rendre à Rouen…mais c'est une autre histoire.

 

Baie_de_Somme_TBR25.jpg

Débouché du canal de la Somme
à St Valéry-sur-Somme

Jeanne d'Arc

L'entrée du château de St Valéry
qui vit passer Jeanne d'Arc
   

La cité a pris un avantage sur sa rivale (dit-on), car c'est à Saint-Valéry, cité plus commerçante, que fut construit le débouché du canal de la Somme.

Le train de la baie de Somme a été créé en 1887, pour acheminer les touristes et transporter les productions de la baie : moules, coques, galets de silex et productions agricoles. Victime de la concurrence de la route, il cessa de fonctionner dans les années 60, jusqu'à ce que, dix ans plus tard, une association de passionnés ne le remette en service. Le trajet en train entre les deux villes donne une vue assez complète des paysages de la baie. Les manœuvres des locomotives à Noyelles-sur-Mer au fond de la baie, ponctuées de coups de sifflet vigoureux, sont un spectacle pittoresque qui nous fait remonter le temps.



Le train de la baie de Somme

Au Crotoy, une ville de pêcheurs, un bassin de « chasse » a été construit, afin de lutter contre l'ensablement du port. Cela semble un peu dérisoire face à la quantité de sédiments déposée à chaque marée. Une forteresse qui avait la réputation d'être imprenable y fut construite au milieu du 14ème siècle puis détruite sur ordre du roi de France en 1674. C'est là que Jeanne d'Arc fut enfermée en 1430. Jules Verne compte parmi les célébrités de la ville où il séjourna durant cinq années.

Au nord de la baie et du Crotoy, sur environ 23000 hectares, se trouve le Marquenterre. C'est une large zone de dunes stabilisées par des oyats, des arbustes et des pins, parsemée d'étangs et de marais : refuge idéal de l'avifaune.

A marée basse, la mer s'y retire hors de vue laissant la place à une immense étendue de sable traversée lentement par les tracteurs chargés de moules de bouchots. Des cavaliers s'y élancent, eux, au galop.

 

vlcsnap-2013-11-17-17h31m48s173.png

Cavaliers ; à marée basse devant le Marquenterre

Ce sable a été apporté par les cours d'eau qui se jettent dans la baie mais aussi par les courants côtiers qui longent les falaises situées au sud et le cordon de galets d'Ault au Hourdel. Une réserve ornithologique y a été créée pour protéger, notamment, les espèces migrant du nord au sud de l'Europe le long de la côte. Un parc ornithologique offre des facilités d'observation des oiseaux.

 

Baie_de_Somme_TBR03.jpg

Bancs de sables au crépuscule

P7118746.JPG

Rides de courant dans les bancs de sabes

P7158920.JPG

La pêche, sans avenir ?

meanassier.png

Les vitraux de Manessier

La beauté et la diversité des paysages de cette baie n'a pas manqué d'inspirer de nombreux peintres. Ainsi, Alfred Manessier, enfant du pays, peintre et verrier (créateur de sublimes vitraux dans l'église du Saint-Sépulcre d'Abbeville) sut rendre dans ses toiles les reflets soyeux de la lumière sur la baie de Somme. Il semble bien que le sable aura raison un jour ou l'autre de la baie : mais le changement climatique et ses hausses du niveau des océans changera-t-il la donne ?

N'attendez pas la fin du siècle pour vous rendre en baie de Somme !

Planetimago, le 17 novembre 2013


Survol de la baie de Somme sur le Géoportail

 


 

 

 

 

21:00 Écrit par Planetimago | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.